Quelques brefs poèmes d’Alirezâ Rôshan

La Bouche à Oreilles

J’ai découvert ces poèmes dans la revue Décharge numéro 157 et j’ai tout de suite été touchée par leur tristesse et leur gravité.
Alirezâ Rôshan est un jeune poète iranien qui est derviche et emprisonné depuis plusieurs mois dans son pays.
Ces poèmes sont de très beaux vers sur l’amour et l’absence, dont j’ai choisi quelques extraits.

 

le poème c’est l’instant de ta présence
lorsque tu pars
il s’écrit

***

ah si cette plume
pouvait écrire ton adresse
et non mon errance

***

mes bras
évoquent ta place vide
dans mon étreinte

***

ce n’est pas l’allumette
mais le chagrin de ton absence
qui allume ma cigarette

***

je suis parvenu
à tout ce que je ne désirais pas
mais pas à toi
que je désirais

***

là où c’est toujours vide
c’est là
que tu te trouves

***

elle est partie ?
donc elle était là
donc elle…

View original post 39 mots de plus

Publicités

Un commentaire sur “Quelques brefs poèmes d’Alirezâ Rôshan

  1. Merci d’avoir aimé quelques uns de mes articles et de suivre mon blog ! A mon tour je vais suivre le vôtre …
    Sans doute à bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s